Zaza, Léo et le nuage magique
Ecrit par Baugoss   
30-01-2010
  Zaza la gazelle et Léo le Léopard étaient deux amis. Zaza était de nature prudente et plutôt sérieuse. A l'inverse, Léo était téméraire et assez insouciant. Malgré leurs différences de comportement, ils s'entendaient très bien, et s'amusaient beaucoup ensemble.
Un matin, Léo trouva un nuage magique avec lequel il était possible de voler. Heureux de cette découverte, il proposa à son amie Zaza de voyager avec ce prodigieux cumulus. Mais Zaza resta méfiante : elle refusa de suivre son ami et le mis en garde : « Ce nuage ne m'inspire pas confiance. Si j'étais toi, je ne prendrais pas le risque de monter dessus, car on ne sait jamais quelle infortune pourrait arriver ». Léo, toujours aussi audacieux,  fut surpris de la réaction de Zaza  et rétorqua : « Mais voyons, il n'y a absolument aucun danger à voler avec cette nébulosité. Et puis, c'est l'occasion où jamais de pouvoir enfin voyager ! ».

Zaza resta donc sur terre tandis que Léo pris son envol. Sur son nuage, il navigua pendant des semaines et connut des moments merveilleux. Pendant ce temps, Zaza demeura au sol et s'ennuya terriblement car son ami n'était plus avec elle. Sa désillusion était cruelle. Cependant, elle ne regretta pas son choix de rester sur terre, car au fond d'elle, elle savait qu'elle avait pris une sage décision.

Et l'avenir lui donna raison...  Car un jour, le nuage de Léo se dissipa. La chute fut alors brutale : Léo tomba violemment sur terre et se blessa grièvement. Toute sa famille et ses amis furent alors à ses côtés afin de le réconforter. Zaza était abasourdie : « Léo a pris d'énormes risques pour s'amuser. Et il suffit qu'un évènement tragique lui arrive pour que tout le monde se préoccupe soudainement de lui ? Mais moi, qui suit restée vigilante, cela fait des semaines que je m'ennuie et personne ne s'inquiète de ma situation !  C'est vraiment injuste ! ».


Moralités :
1. Ceux qui entreprennent des aventures hasardeuses pour vivre heureux et confortablement, et qui, du jour au lendemain, se retrouvent privés de leur bien-être, ont toutes les raisons de s'apitoyer sur leur sort.
2. Ceux qui restent prudents et lucides sont donc des imbéciles, car ils n'ont aucune excuse valable de se plaindre de leur vie, même si celle-ci est déplaisante.

C'est le paradoxe de la lucidité selon Wilhelm Dezenberg

commentaire(s)



Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire des commentaires.
Calembredainautes, identifiez-vous pour poster votre message !

Powered by AkoComment 2.0!

Dernière mise à jour : ( 30-01-2010 )
Suivant >
 

© Copyright 2017 Calembredaines' Team (France)
"Tous droits des auteurs d'articles, du producteur et du propriétaire du site réservés.
Sauf autorisation, toute reproduction et tout Ctrl-C Crtl-V, même partiels, du contenu de ce site sont formellement interdits
sous peine de poursuites judiciaires et de nez cassé de la part des auteurs et du producteur.
Toute ressemblance avec des faits, histoires ou écoles d'ingénieurs réels est totalement fortuite.
L'ensemble de la rédaction et le propriétaire du site déclinent toute responsabilité concernant son contenu"
Site réalisé avec le logiciel libre Joomla!