Derniers commentaires publiés
Chacun sa merde !(1 commentaire)
Conformité et convenance(1 commentaire)
20 000 !(2 commentaires)
Le pipotron est de retour !!(2 commentaires)
Que choisir ?(2 commentaires)
 
Derniers articles publiés
Armoires au pinacle
Ecrit par Dine   
04-02-2006

Au sein du mobilier présent dans tout logement, figure entre autres tables, chaises, bureaux et lits, l’armoire. Cet item occupe une place particulière dans moult projets d’aménagements d’une chambre par des meubles. Pouvant prendre des formes diverses, être produite dans une multitude de matériaux et se composer de divers éléments internes : penderie, étagères, tiroirs, l’armoire est un signifié qui appelle pléthore de représentations dans l’imaginaire collectif, représentations dépendant en grande partie du vécu des acteurs et du contexte socio-culturelo-mobilier dans lequel ils évoluent. Conscients de cette diversité armoirière, nous restreindrons néanmoins notre étude au signifiant le plus répandu parmi nos concitoyens contemporains : celle de l’armoire composée au minimum d’une penderie.

Si, historiquement, l’armoire n’a point toujours peuplé les résidences de nos ancêtres, elle a dignement succédé aux coffres et malles médiévaux et su s’imposer sur toute l’étendue d’un vaste territoire. Banalisée par le quotidien et peu différenciée de ses meubles congénères offrant des possibilités de rangement tels les commodes et étagères, notre société lui dénigre sa place primordiale dans notre existence et le rôle salvateur qu’elle occupe dans nombre de ménages. En ce début de siècle et de millénaire, il est plus que temps de lui rendre hommage et de rétablir sa place véritable au cœur de notre société et de notre référentiel culturel. L’armoire occupe, en effet, une place privilégiée au centre du complexe jeu d’actrices et d’acteurs formé par les relations kinesthésiques interpersonnelles entre ces mêmes acteurs et actrices. Malgré la limpidité de mon raisonnement et de mon propos, il est temps pour les auditoires intellectuellement plus restreints d’un point de vue culturel, d’élucider les références de mon discours en m’appuyant sur un exemple judicieusement opportun.

Au sortir de cette semaine de Reuteuleu, il apparaît clairement que le vau(lx)deville a été une cheville ouvrière essentielle à apporter les lettres de noblesse méritées de l’armoirerie. S’appuyant sur des clichés galvaudés il a forgé la réputation inéluctable et irréfutable de l’armoire. Arrêtons-nous un instant devant ce cliché, le temps de décrire la scène et le jeu des acteurs. Le décor intime d’une chambre à coucher meublée selon les règles de l’art (au minimum un lit et l’incontournable armoire), une jeune femme (le jeune ne tenant qu’un rôle esthétique pour l’imagination de l’auditoire) fort affairée en charmante compagnie dans le lit conjugal. Que pourrait troubler cette paisible scène si ce n’est l’arrivée inopportune de l’indésirable conjoint. Aux bruits de l’entrée du mari dans le logement, répond le « Ciel, mon mari ! » de l’épouse abominée. Aculée, elle cherche une parade, parcourt la chambre close du regard et s’arrête sur la véritable héroïne de la scène : l’armoire. De par ses dimensions confortables, elle se révèle être le refuge idéal pour l’amant momentanément éconduit. S’ensuivent quelques échanges badins entre époux qui n’éveillent aucunement la méfiance du cornu mari, puis après son départ, la parade nuptiale des amants de reprendre en toute impunité.

Une application de la systémique au paradigme armoirier permet de mettre aisément en évidence, après quelques manipulations, que je ne détaillerai pas à l’auditoire par crainte de causer sa lassitude en l’abreuvant de techniques dont il est plus au fait de par sa formation technicienne de pointe, le rôle régulateur de l’armoire au sein de la boucle de rétroaction, permettant d’empêcher le système couplé de devenir instable. Elle est ainsi la garante de notre société et de ses valeurs essentielles que sont la tromperie, la duperie,la luxure, la fornication  et autres vices. Ce n’est donc que peu dire qu’énoncer que l’armoire est éminemment commode.

commentaire(s)



Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire des commentaires.
Calembredainautes, identifiez-vous pour poster votre message !

Powered by AkoComment 2.0!

< Précédent   Suivant >
 

© Copyright 2017 Calembredaines' Team (France)
"Tous droits des auteurs d'articles, du producteur et du propriétaire du site réservés.
Sauf autorisation, toute reproduction et tout Ctrl-C Crtl-V, même partiels, du contenu de ce site sont formellement interdits
sous peine de poursuites judiciaires et de nez cassé de la part des auteurs et du producteur.
Toute ressemblance avec des faits, histoires ou écoles d'ingénieurs réels est totalement fortuite.
L'ensemble de la rédaction et le propriétaire du site déclinent toute responsabilité concernant son contenu"
Site réalisé avec le logiciel libre Joomla!